La grande victoire des fermiers

Cette année, les agriculteurs ouzbeks ont ramassé 7 300 000 tonnes de blé et plus de 3 350 000 tonnes de coton. Annuellement, sont cultivés dans le pays quelque 16 millions tonnes de produits fruitiers et de légumes.

ulkan_zafar_muborak_21_10_2015

« Les conditions fournies aux fermiers sous la direction du président Islam Karimov servent de facteur important pour les progrès actuels, dit Yakub Fattoev, chef d’une exploitation agricole de Pechkou, un district dans la région de Boukhara. Cette année, nous avons récolté plus de 228 tonnes de « or blanc ». Nous prévoyons de monter le rendement à 50 quintaux par hectare d’ici la fin de la saison. »

Cette année, les meilleures sortes de coton ont composé 90 % de la récolte effectuée au total. Toutes les ressources nécessaires sont fournies pour l’augmentation ultérieure de ce pourcentage, une attention particulière étant accordée au soin du cotonnier et à la conduite opportune des travaux agroctechniques tels que l’arrosage, l’ameublissement des sols, la lutte contre les parasites, la défoliation et ainsi de suite.

« Dans l’agriculture, chaque jour est important, dit un autre fermier, Saïdakhmad Umidillaev, de Sourkhandaria. J’en suis rassurée dans ma propre expérience en m’occupant de la culture du blé et du coton depuis quelques années. Si une mesure agrotechnique quelconque ne se fait pas à temps, le résultat se fait sentir plus tard, lors du mûrissement en automne. C’est pourquoi, nous faisons tous les travaux agricoles nécessaires en temps opportun et avec qualité. En cela, nous aident les points de livraison d’engrais minéraux et de combustible. Cette année, nous avons dépassé les engagements contractés. »

La qualité et le rendement de la récolte dépendent de la sorte de coton également. Découvertes par les savants sélectionneurs ouzbeks, les sortes de coton fines et moyennement fibreuses se distinguent par la rapidité du mûrissement, la haute qualité et la longueur de la fibre, la résistance aux parasites.

Un des principaux facteurs de progrès est la bonification des surfaces d’ensemencement. L’instruction importante en est le décret présidentiel du 29 octobre 2007 portant perfectionnement fondamental du système de la bonification des terres, ainsi que l’arrêté du 19 avril 2013 sur l’amélioration de l’état de bonification des terres irriguées et l’usage rationnel des ressources en eau pour la période 2013-2017. Selon le programme national adopté en ce rapport, sont actuellement en cours des mesures diverses en matière de construction, reconstruction, rénovation et rétablissement des ouvrages de bonification, mise en place de l’irrigation parcimonieuse, amélioration de la base matérielle et technique des organisations concernées. En 2013-2014, plus 500 mille hectares de terres ont été bonifiées, avec la réduction de 71,3 mille hectares des terres salées. La stabilité de l’état de bonification a été assurée pour 374,1 mille hectares de surfaces irriguées.

Nous rappelons que cette année, le rendement moyen du blé a été marqué sur 53 quintaux à l’hectare.

Share This Post:

Manager Ouzbekistan