Les désirs les plus chers de l’enfance sur les dessins

29c

L’éducation de la génération harmonieusement développée, l’amélioration de ses compétences créatrices et intellectuelles, l’assurance de larges possibilités pour la réalisation des espoirs nobles de tous les enfants indépendamment de leur état social et origine ethnique constituent une direction prioritaire de la politique de l’État.

L’exposition de dessins infantiles, intitulée « Mon rêve le plus cher », a été organisée à l’approche du 1er juin Journée internationale de l’enfance par la fondation républicaine Sen Yolgi’z Emassan au Musée d’État des arts d’Ouzbékistan, à Tachkent. À l’exposition, des élèves de foyers d’enfants et des enfants à capacités limitées venus de tout le pays font la présentation de leurs travaux.

La présidente du Conseil de patronage de la fondation Sen Yolgi’z Emassan, Lola Karimova-Tillaeva a intervenu lors de l’inauguration de l’évènement pour évoquer la protection des droits et libertés des enfants et de l’éducation, une préoccupation particulière dans le pays.

Par l’exposition, les enfants se sont appliqués à décrire sur la feuille de papier propre leurs désirs et souhaits les plus chers. Plus de cent travaux exposés au musée illustrent la paix et la tranquillité, l’enfance heureuse, la compréhension des enfants sur la famille comme une demeure sacrée et l’école comme un foyer de connaissances et d’éducation.

« J’ai dessiné le ciel transparent, des arbres verts, des clairières et des enfants heureux allant à l’école, s’exprime une participante de 12 ans, Anastasiya Ignatenko, élève du foyer d’enfants № 22 de Tachkent.  Je souhaite qu’en Ouzbékistan, règnent toujours la paix, la tranquillité et la prospérité. »

Durant l’exposition, les enfants ont raconté sur le contenu de leurs tableaux. De même, un concours de dessins de rue s’est tenu dans le cadre de l’exposition

Share This Post:

Manager Ouzbekistan