UNE AUTRE PARTIE DE DROGUES DÉTRUITE EN OUZBÉKISTAN

A la veille de la Journée internationale contre l’abus et le trafic illicite des drogues, célébrée le 26 Juin, conformément à la demande du gouvernement de l’Ouzbékistan, dans l’une des usines de Tachkent le Service de la sécurité nationale conjointement avec d’autres organismes d’application de la loi a détruit lot de drogues saisies dans le cadre de la lutte contre le trafic de drogue.

Cet événement a réuni des représentants du Bureau régional de l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime en Asie centrale, du gouvernement et des organismes publics ainsi que du corps diplomatique accrédité dans le pays et des médias.

En présence des membres de la Commission interministérielle, dans les hauts fourneaux ont été brûlés 1731 kg de stupéfiants, y compris 749 kg d’héroïne, 604 kg d’opium, 329 kg de marijuana, 42,3 kg de haschisch, ainsi qu’une grande quantité de paille de pavot, de chanvre et de médicaments psychotropes sous forme de comprimés et de solutions.

La République d’Ouzbékistan attache une grande importance à s’acquitter de ses obligations auprès de la communauté internationale en luttant contre le trafic de drogue. Au mois de février 1995 l’Ouzbékistan a rejoint la Convention des Nations Unies contre le trafic illicite de stupéfiants et de substances psychotropes. En 2000 la loi de la République d’Ouzbékistan «Sur les stupéfiants et substances psychotropes » a été adoptée.

Selon l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC), en 2009 la superficie de la culture du pavot à opium en Afghanistan a chuté de 193000 à 123000 hectares. Toutefois, le rendement du pavot à opium a atteint 56 kg d’opium par hectare. C’est 15 % de plus qu’en 2008. Selon les experts, en 2009 l’Afghanistan a produit 6900 tonnes d’opium. Et les stocks d’opium antérieurement produites sont estimés à 10000 tonnes.

Des experts ouzbeks ont donné des éclaircissements sur la situation de la drogue de l’année précédente. L’analyse d’information des agences de l’application de la loi et des commissions régionales de contrôle du médicament indique que le flux d’héroïne afghane et d’opium sur «la route du nord» est le principal facteur qui a un impact négatif sur l’évolution de la situation des drogues dans le pays.

Les organismes ouzbeks de l’application de la loi ont effectué des opérations spéciales complexes pour détecter et mettre fin aux activités illégales des groupes transnationaux du trafic de drogue, couper les voies de contrebande et prévenir la propagation de la narcomanie.

Selon les donnés du Centre national d’analyse et d’information sur le contrôle des drogues auprès du Cabinet des ministres de la République d’Ouzbékistan, en 2009 le nombre de crimes liés aux drogues illicites, en comparaison avec l’année 2008, a diminué de 12,7%. En 2009 sur le territoire du pays on a saisi 3488 kg (3550 kg en 2008) de drogues: 755 kg de héroïne (1472 kg en 2008), 626 kg d’opium (1062 kg), 1373 kg de marijuana (810 kg ), 48 kg de haschich (68 kg) et 687 kg de kuknar (138 kg).

L’opium et l’héroïne d’origine afghane pénètrent en Ouzbékistan, principalement via le Tadjikistan, le Kirghizistan et directement à partir de l’Afghanistan à travers du fleuve Amou-Daria au sud (dans la région Surkhandarya), au Sud-Est via des régions Samarkand et Syr-Daria et au Nord-Est – des régions de la vallée de Ferghana et de Tachkent.

Lors de l’événement ont été montrées des images filmées dans lesquels avaient été enregistrés des moments de détention des trafiquants de drogue. Pour tous les crimes liés aux drogues en 2009 ont été détenus 127 ressortissants étrangers. Les transporteurs cachent la drogue dans les légumes, les fruits, les coffres des véhicules, les bagages, les objets d’usage quotidien, les vêtements, dans le corps humain, la transportation de manière intracavitaire.

L’opération dite «Pavot noire – 2009» a révélé 1320 (1298 – en 2008) des preuves de la culture de plantes narcotiques de la superficie totale de 3,7 hectares (2,4 – en 2008).

Le Ministère de l’Intérieur, le Service de la sécurité nationale, le Comité de la protection des frontières, le Comité national des douanes de l’Ouzbékistan ont identifié des dizaines de fraude liée à la drogue et au trafic illicite de stupéfiants, substances psychotropes et précurseurs.

Les autorités judiciaires du pays ont examiné 4880 (4554 – en 2008) affaires pénales. Des sanctions ont été appropriées contre 6240 (5809 – en 2008) personnes. De ce nombre, 3739 sont privés de liberté, 337 – arrêtés, 870 mis à travaux forcés et 514 – à une amende.

La Commission nationale de la République d’Ouzbékistan sur le contrôle de la drogue, d’autres ministères et les organismes compétents ont concentré leurs efforts sur les activités ciblées et intégrées dans le domaine de la lutte contre le trafic de drogue, la prévention de la toxicomanie, du développement de la coopération interinstitutionnelle et internationale. Un travail compréhensif de prévention dans le cadre de mesures globales de la lutte contre la drogue et son trafic illicite se réalise pour la période 2007-2010.

Le travail des bureaux de réadaptation médico-sociale a été organisé. Le service d’assistance et de conseil par téléphone fonctionne en permanence.

En 2009 le nombre de personnes, enregistrées sur la liste en raison de prévention et de dispensaire pour un usage non médical des agents psychoactifs, a diminué de façon marquée.

La coopération internationale a été intensifiée. Les travaux sur la coordination, le suivi et l’assurance des projets internationaux de l’ONU, l’OSCE et l’UE a été réalisés. En particulier, dans le cadre du projet «Contrôle des précurseurs en Asie centrale» à partir du 28 septembre au 31 octobre 2009 des organismes d’application de la loi ont effectué le segment national de l’opération internationale TARSET-II sur la surveillance et l’enrayement de la contrebande de précurseurs.

Dans le cadre des projets du Programme CADAP-4 ont été effectué des travaux sur la création d’unités spéciales, l’équipement par des matériaux spéciaux des postes de contrôle et par l’appareil de diagnostic moderne de haute précision du Bureau général de médecine légale du Ministère de la santé de l’Ouzbékistan.

Conformément aux accords existants dans le cadre des traités signés, l’échange de documents d’information sur la situation de la drogue se fait avec les structures de coordination en Asie centrale, la Russie, le Pakistan, l’Italie, la Turquie, l’Allemagne, la France, la Bulgarie, l’Iran, ainsi que l’ONUDC, l’OSCE, le Centre régional d’information et de coordination pour l’Asie centrale (CARICC).