Shark taronalari : le festival renforce le respect mutuel, la générosité et l’intelligence

Artistes, hommes d’art, critiques de musique, collectifs d’art… Ils sont nombreux à se rendre à Samarkand pour participer au 10e Festival international de musique « Shark taronalari ». Les invités au festival font la visite des institutions modernes et des monuments architecturaux reconstruits et ayant obtenu une nouvelle vue depuis l’indépendance nationale. La correspondante d’OuzA s’est entretenue avec certains d’entre eux.
13c_2_
Hanta Ramparani, participante (Madagascar) :
« L’art appelle les gens à la bonté, à renforcer les relations d’amitié entre peuples. Grâce à la musique, les peuples se connaissent de plus près, deviennent proches. Organisant le festival international de musique « Shark taronalari », l’Ouzbékistan fait œuvre pie sur ce plan. Cela se traduit aussi comme l’amour du peuple ouzbek pour les arts.
« A côté des représentants des dizaines de nations et ethnicités réunis à Samarkand, nous présentons notre musique nationale. C’est un grand honneur pour nous. »
Percy Yip Tong, producteur (ile Maurice) :
« Nous avons participé à plusieurs festivals de musique dans différents continents. Mais ce forum de la musique se distingue par un haut niveau d’organisation, un grand nombre de participants et les conditions favorables à leur digne participation.
4c-_1_
« C’est n’est pas en vain que Samarkand est appelé « le décor de la Terre ». Se renom est répandu dans le monde tellement que les désireux de la visiter ne sont pas à bout de flux. Et moi aussi, je le désirais et je suis heureux que mon désir se soit réalisé. Les monuments historiques de Samarkand et la large envergure des travaux de construction et de renouvellement effectués ici m’ont beaucoup charmé. Nous promenant dans les rues de la ville, nous nous sommes étonnés de l’harmonie du passé et du futur qui règne ici. »
Eliassé Ben Joma, membre du groupe Elisouma (iles Comores) :
« L’art, la culture et les coutumes de chaque peuple sont uniques et originels. Mais la musique ouzbèke occupe une place particulière dans la culture mondiale. Les sons du dutar, du rubab, du doïra, du nay, du karnay et du surnay ne laissent indifférents aucun amateur des arts.
« Nous nous sommes bien préparés au festival. L’intervention sur la place magnifique du Registan nous rend un sentiment particulier. Cette fête de la musique en Ouzbékistan renforce l’amitié des gens, le respect mutuel, la générosité et l’intelligence.
« Nous sommes profondément reconnaissants à l’initiateur de ce merveilleux forum de la musique, président de l’Ouzbékistan Islam Karimov, et aux organisateurs du festival. »
Share This Post:

Manager Ouzbekistan